Découvrir les abeilles solitaires

Abeille solitaire Osmie BdN

 

Depuis le mois de mars, nous les voyons en grande agitation, bourdonner et s’activer autour des fleurs, rentrer et sortir frénétiquement des petits trous des murs ou même directement du sol. Ce sont les abeilles solitaires. Apprenons à mieux connaitre ces petites abeilles étonnantes qui jouent un rôle majeur pour notre alimentation.

Qui sont-elles ?

Les abeilles sont des insectes, de l’ordre des hyménoptères.

Moins connues que l’abeille domestique, la famille des abeilles solitaires comporte pourtant plus de 800 espèces en France.

Souvent grégaires, elles sont dites solitaires car elles ne vivent pas en société comme leur cousine domestique. Et comme elles n’ont pas de colonie de jeunes abeilles affamées à nourrir, elles ne produisent pas de miel non plus.

Leur espérance de vie est de 2 à 10 semaines (selon l’espèce) pour les femelles, beaucoup moins pour les mâles qui meurent après l’accouplement.

Les abeilles solitaires sont-elles dangereuses ? Piquent-elles ?

Non, pour la plupart, les abeilles solitaires n’ont même pas de dard.

Elles n’ont pas d’essaim à protéger et ne piquent qu’en dernier recours, si elles sont vraiment agressées. Ce faisant, elles arrachent une partie de leur abdomen ce qui équivaut le plus souvent à leur mort.

Elles sont plutôt farouches et préfèrent nous fuir.

Pourquoi s’intéresser aux abeilles solitaires ?

Le pollen essentiel à la reproduction

Pour comprendre le rôle important des abeilles solitaires, découvrons d’abord leur cycle de vie.

Une fois fécondée, l’abeille solitaire femelle se met à la recherche de cavités de toutes sortes pour pondre ses œufs (trous dans du bois mort, dans les murs et même des coquilles d’escargot).

Dans cette cavité, elle dépose du pollen butiné mélangé à du nectar sous forme de petites boules. Elle peut également déposer de petits insectes. Lorsque la nourriture est suffisante elle pond un œuf puis ferme la petite chambre avec un mélange de pollen et de terre, et ainsi de suite. Elle pond 3 à 10 œufs tout au long de la galerie puis réalise un solide bouchon constitué d’un mélange de terre, de salive et parfois de petits cailloux pour bien les protéger.

 

cycle abeille solitaire commenté Osmie

Après éclosion, la jeune larve se développera grâce à la petite boule de pollen laissée à son intention. Elle passera l’hiver dans un cocon où elle connaîtra sa métamorphose et c’est en jeune abeille qu’elle sortira de son trou au printemps suivant, dès le mois de mars.

Un pollinisateur hors pair

Pour se nourrir et nourrir ses futures larves, l’abeille solitaire butine les fleurs afin de récolter du pollen et du nectar. Les pattes et l’abdomen recouvertes de pollen, elle va de fleurs en fleurs et permet ainsi la fécondation de nombreux fruits et légumes.

L’Osmie, bien plus précoce que l’abeille domestique, joue par exemple un rôle très important pour la fructification des arbres fruitiers.

Sans abeille plus de pollinisation, ni de fruits, ni de graines. Selon une étude de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 84% de la production végétale que nous consommons en Europe dépend de la pollinisation assurée par les insectes.

Un maillon de la biodiversité

Les abeilles constituent un maillon important de la biodiversité. Elles possèdent chacunes des caractères morphologiques différentes (longueur de langue,…) leur permettant de butiner certaines fleurs en particulier.  De nombreuses plantes sont dépendantes des abeilles solitaires pour assurer leur reproduction. C’est le cas de l’orchidée ophrys abeille qui ne peut être fécondée que par l’Eucère à longues antennes.

eucère abeille solitaire

Les différentes abeilles solitaires 

Les abeilles terricoles

Pour 70 %, les abeilles solitaires sont « terricoles » ou « mineur »

Les andrènes font leur nid dans de la terre ou dans les pelouses. Grégaires, elles peuvent constituer un « tapis d’abeille » nommé “Bourgade” avec plusieurs dizaines voire centaines d’individus, complètement inoffensifs.

Les abeilles “hors sol”

Les autres 30% font leurs nids hors-sol

osmie rousse

Les abeilles maçonnes pondent dans des cavités au printemps

 

L’Osmie rousse se reconnaît à son corps trapu et velu, roux orangé strié de noir

megachile abeille solitaire

Les abeilles tapissières utilisent des feuilles épaisses, comme celles des rosiers, pour faire leur nid l’été

 

Les mégachiles possèdent un thorax brun et velu et la partie inférieure rayée de noir. 

andrena-cineraria abeille charpentiere

Les abeilles charpentières ou “perce-bois”, creusent leur galerie dans du bois mort, jusqu’à 30 cm de profondeur.

 

L’ abeille charpentière se reconnaît à son corps massif, noir bleuté.

Que puis-je faire avec mes enfants pour les sensibiliser aux abeilles solitaires ?

Amusez-vous à les observer

Les abeilles solitaires vivent dans un petit rayon de quelques dizaines de mètres. Observez-les en train de butiner et faire leur va et vient. Repérez leurs trous et le moment où elles font leur petit bouchon pour le fermer (des petites abeilles en sortiront le printemps prochain !). Inviter votre enfant à noter ses observations dans un cahier, qu’il pourra accompagner de petits croquis.

Participez au suivi SPIPOLL : conçu par le Muséum national d’Histoire Naturelle et l’Office pour les Insectes et leur Environnement (Opie) le suivi photographique des insectes pollinisateurs (Spipoll) est un programme participatif d’observation accessible à tous :  il suffit de photographier les insectes qui butinent. Ludique, ce programme permet aux scientifiques de mieux connaître la biodiversité de notre territoire.

Aidez-les

Comme leur cousine domestique, les populations d’abeilles solitaires sont en forte régression. Dans votre jardin ou votre balcon, vous pouvez les aider facilement :  offrez-leur gîte et couvert !

  • Le couvert : semez, plantez une grande variété de fleurs qui profitera à tous les pollinisateurs. Liste de liste des plantes attractives pour les abeilles
  • Le gîte : réalisez des abris à insectes : bûche percée, fagots de tiges pleines et creuses. Pour un abri 4 étoiles, lancez-vous dans la réalisation d’un hôtel à insectes !
  • Gardez toujours une coupelle d’eau dans votre jardin lors des périodes de sécheresse. Cela profite aux oiseaux et aux insectes également.
  • Osez un peu de désordre: tas de bois, tas de pierre, tiges fanées. Cela profite à la biodiversité.

Aidez les pollinisateurs promet une belle récole au jardin !

 

Testez vos connaissances ! Faites notre quiz sur les abeilles solitaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.